Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site traitant de spiritualité librement.

Site traitant de spiritualité librement.

Opinions et textes sur certains aspects de la spiritualité. Comme toute oeuvre de l'esprit, ce blog est un avis qui n'engage que celui qui le publie.


Les templiers

Publié le 12 Juin 2006, 10:24am

Catégories : #Esprit

 

On peut penser, avec le recul de l'histoire, qu’il y avait chez les templiers du très bon et du sordide. Certains les voient comme les chevaliers du Christ, d’autres comme de sanguinaires libidineux. On a tout écrit sur eux, on a brodé, inventé, construit une légende ou voulu les salir. Loin de moi l’idée de vous faire un descriptif exact de ce que fut toute la chevalerie templière, car j’en serai bien incapable. Je vais me contenter uniquement d’un petit résumé qui, vous allez le voir, parle d’une bonne idée qui se termine en histoire de sous. Etant membre de l’Alliance spirite, la foi des templiers n’est pas la mienne et je vais donc éviter d’entrer dans une histoire qui nous porterait trop vers le versant théologique de cet ordre… car de toute façon, un ordre ne veut pas dire que tous les frères inscrits soient aussi purs les uns que les autres. Comme dans la vie, on pourrait dire que la règle des 20 /80 existait déjà en ces temps reculés.

Bref…

En 1098, le pape Urbain II lance la première croisade pour aller protéger en terre sainte les chrétiens des turcs qui envahissent l’Orient.

En 1118, Hugues de Payns, un chevalier champenois, accompagné de 8 compagnons, propose de consacrer son existence à la protection des pèlerins qui se rendent en terre sainte.

Bernard de Clairvaux le soutient et, en 1128, le concile de Troyes adopte la règle de la toute nouvelle « milice de Dieu ».

Grande austérité, rigidité des règles, habillés de blanc et flanqué d’une croix rouge, vœux d’obéissance, de pauvreté et de chasteté, voués à la défense des pèlerins… par leur engagement fort les templiers parviennent à protéger la route de la terre sainte.

Au sommet de l’ordre, le grand maître est assisté d’un conseil, le chapitre, et d’officiers.

Un personnel nombreux travaille à faire fonctionner l’ordre et par l’édification de commanderies, une véritable organisation se met en place, entièrement vouée à la mission voulue par le pape.

Les templiers sont alors respectés car leurs idéaux chevaleresques et religieux sont, pour la communauté des chrétiens, un exemple de dévouement et de courage.

Ils reçoivent des dons de l’Europe entière et leur fortune devient rapidement colossale. Au XIV siècle, on trouve plus de deux mille commanderies installées dans toute l’Europe.

Leur trésor les fait parfois banquiers et bientôt, ce sont eux qui prêtent de l’argent aux puissants.

La jalousie gronde et bientôt, les flammes.

En 1291 les Francs perdent la palestine. Il ne reste alors de l’activité templière qu’une gestion financière des nombreux biens lui appartenant.

Le roi de France, Philippe le Bel, qui a une rancune envers les templiers qui avait refusé de prêter de l’argent en 1250 pour libérer  son grand-père prisonnier, Saint Louis, tombé aux mains des musulmans, convoite les richesses des « pauvres chevaliers du Christ ». Il est aussi sensible aux rumeurs de plus en plus persistantes faisant écho de débauches chez les chevaliers, de sauvageries et autres pratiques hérétiques. Philippe de Nogaret, fidèle du roi se charge de régler ce problème. Le 13 octobre 1307, plus de cent dignitaires de l’ordre, dont le grand maître Jacques de Molay, sont arrêtés. Sous la torture, tous avouent une conduite que la morale chrétienne réprouve et malgré une dernière tentative de soutien du le pape Clément V, 36 chevaliers meurent de mauvais traitements, 54 sont brûlés vifs en mai 1310. En 1312, la papauté va dissoudre l’ordre à regret.

Jacques Molay reviendra sur les aveux qu’il a fait sur la torture mais il ne pourra éviter le bûcher. Il mourra le 18 mars 1314.

Le roi de France et le pape partageront le butin selon leurs intérêts respectifs.

Avec lui disparaît l’ordre religieux le plus puissant du moyen age, aussi puissant que le roi de France, plus riche de tous… trop riche !

Ceci pour la partie histoire… En ce qui concerne les légendes, trésors et autres croyances en une spiritualité spéciale, excusez moi de ne pas m’y attarder car personnellement, cela me paraît largement surfait. Il y a de nombreux sites spécialisés là-dessus que je vous invite malgré tout à découvrir. Je donnerai une dernière opinion sur cet ordre : Je pense qu’au début nous avions devant nous des hommes de foi et, même si je n’ai pas la même, je la respecte.

Je pense que l’argent, le besoin de lever une armée en grand nombres (ce qui fait qu’on recrute non sur l’engagement profond certains des chevaliers mais « pour la cause ») fait que rapidement sont apparus des dérives dont les hommes ne savent se défaire sans un grand travail spirituel : les illusions du pouvoir, du temporel, de l’argent etc.…

Nous n’avions plus alors que des règles écrites dans des livres et des hommes agissants autrement. Certains ouvrages parlent des templiers comme de vrais porcs. Là aussi je crois qu’il ne faut pas exagérer. Tout est dans la rencontre de l’homme avec sa propre foi. Celui qui est en Dieu ne se comporte pas de manière bestiale, ne pille pas, ne viole pas… et il est dit certains chevaliers firent cela… quand d’autres certainement furent irréprochables. Personnellement je crois plus à la puissance d’une foi souterraine dans le cœur des hommes pour changer le monde, qu’en un ordre bien visible et faisant trop de bruit. Les grands changements se font à l’intérieur. Pour tout, c’est ainsi et l’Esprit est partout.

J

Source: http://www.alliancespirite.org

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents