Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site traitant de spiritualité librement.

Site traitant de spiritualité librement.

Opinions et textes sur certains aspects de la spiritualité. Comme toute oeuvre de l'esprit, ce blog est un avis qui n'engage que celui qui le publie.


LE POEME DE PARMENIDE

Publié par Spirituel sur 30 Novembre 2008, 07:24am

Les cavales qui m’emportent au gré de mes désirs,

Se sont élancées sur la route fameuse

De la Divinité, qui conduit partout l’homme instruit ;

C’est la route que je suis, c’est là que les cavales exercées

Entraînent le char qui me porte. Guides de mon voyage,

 

Les vierges, filles du Soleil, ont laissé les demeures de la nuit

Et, dans la lumière, écartent les voiles qui couvraient leurs fronts.

Dans les moyeux, l’essieu chauffe et jette son cri strident

Sous le double effort des roues qui tournoient

De chaque côté, cédant à l’élan de la course impétueuse.

 

Voici la porte des chemins du jour et de la nuit,

Avec son linteau, son seuil de pierre,

Et fermés sur I’éther ses larges battants,

Dont la Justice vengeresse tient les clefs pour ouvrir et fermer.

 

Les nymphes la supplient avec de douces paroles

Et savent obtenir que la barre ferrée

Soit enlevée sans retard ; alors des battants

Elles déploient la vaste ouverture

Et font tourner en arrière les gonds garnis d’airain

 

Ajustés à clous et à agrafes; enfin par la porte

Elles font entrer tout droit les cavales et le char.

 

La Déesse me reçoit avec bienveillance prend de sa main

Ma main droite et m’adresse ces paroles :

« Enfant, qu’accompagnent d’immortelles conductrices,

Que tes cavales ont amené dans ma demeure,

Sois le bienvenu; ce n’est pas une mauvaise destinée qui t’a conduit

Sur cette route éloignée du sentier des hommes ;

C’est la loi et la justice.

Il faut que tu apprennes toutes choses,

Et le cœur fidèle de la vérité qui s’impose,

 

Et les opinions humaines qui sont en dehors de la vraie certitude.

Quelles qu’elles soient, tu dois les connaître

Egalement, et tout ce dont on juge.

Il faut que tu puisses en juger, passant toutes choses en revue.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents