Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site traitant de spiritualité librement.

Site traitant de spiritualité librement.

Opinions et textes sur certains aspects de la spiritualité. Comme toute oeuvre de l'esprit, ce blog est un avis qui n'engage que celui qui le publie.


Le testament du médium

Publié par Spirituel sur 2 Mars 2008, 11:03am

Catégories : #Esprit

P.J.OUNE-spiritisme-occulte-esoterisme-ounisme-spirite--44-.jpgExtrait d'un texte spirite:
P.J.Oune   pjoune   P.J.Oune   pjoune

"Quand revenu de tout, tu te poses la question de l'espoir, ne le laisse pas partir, il est ton éternité.
Si tu renonces à l'espoir, tu abandonnes l'essence de vérité, tu renonces à tout, tu oublies que tu n'es que pensée pure.
L'espoir est ton destin, et la création ton outil sur le chemin de notre Seigneur.

Le testament du médium :
"J'ai tout vu et tout lu, j'ai cherché et perdu ma vie dans les couloirs des certitudes et des parties que l'on ne gagne jamais. Aujourd'hui, je suis mort.
Voyez, messieurs et mesdames de ce monde de vie, alors que je ne peux vous parler que par ces lignes, les souffrances de cette vie où je n'ai rien donné et tout voulu prendre. Je suis celui qui part en pleurant d'avoir été si mauvais, de n'avoir pas vu la souffrance des autres qu'au travers de mes propres intérêts, d'avoir donné des conseils et de chercher à porter un bonheur alors que je ne savais rien... Je suis celui qui regrette de vivre encore quelques heures pour devoir écrire ces lignes, pour essayer, sans y parvenir, de se faire pardonner d'avoir toujours été si triste alors que la joie m'entourait. Je suis désolé pour tous ceux que j'ai approchés, de ne pas avoir su donner suffisamment de moi, d'avoir estimé que j'étais celui qui devait faire quelque chose, alors que je ne savais simplement quelle direction doit prendre l'homme. Je regrette ma vanité et mon orgueil, mes outrances, mais je ne regrette rien de cette vie. Je ne regrette plus rien. Il est l'heure de ne plus rien chercher, de ne plus rien vouloir, de t'appeler à l'aide, oh ! mon Dieu, de me remettre en route vers de nouveaux horizons, de nouveaux destins. Je ne peux être que celui qui a été, je ne peux être que celui qui vit d'une nouvelle âme sans l'habiter. La montre quitte mon poignet, je laisse derrière moi toutes les choses auxquelles, à certains instants, j'ai attaché tant d'importance illusoire. Je pars.
Il m'a dit que ne resterait de moi que l'amour offert et reçu, les grandes envies de faire le bien que je n'ai pas toujours réalisées. Que je partirais en vous regrettant tous, que je n'ai pas su, que je n'ai pas pu, que je décide, enfin, que l'heure du passage est l'heure de partir.
Oh! Seigneur Dieu que j'ai tant vénéré, que j'ai tant trahi de mes envies. Oh! Seigneur, je t'appelle une dernière fois, je te supplie de guider vers ton royaume celui qui n'a rien trouvé, celui qui a si mal cherché. Il est l'heure, je le sais, je le sens, et de ce dernier voyage vers le passé je ne sortirai pas vivant. Je serai éternel dans l'inconnu mais, aujourd'hui que mon âme est encore consciente de ce que j'étais ici, je me dois de rédiger mon livre des fautes, mon livre des vérités, qui ne sont que les miennes.     P.J.Oune pjoune pjoune P.J.Oune
Alors mes enfants me pardonneront, car les enfants aiment leurs parents, alors ma femme me pardonnera, car elle fut si bonne avec mon désespoir. Je ne regretterai que leurs baisers, leur amour que je ne savais honorer. Je regretterai de n'avoir pas été celui qu'ils méritaient mais, je te le demande aujourd'hui, fais cesser ma douleur, fais cesser ma douleur de ne pas trouver de sens à cette quête qui se voulait si pure, et m'emmène vers ton royaume par le chemin le plus escarpé et le moins digne: le chemin de celui qui a échoué.
Je sens toujours ta présence, Seigneur, en ces instants qui précèdent mon départ, je sens que tout ce que j'ai écrit et dit était vrai, que les esprits que tu m'as envoyés ont laissés un texte qui servira les nouvelles générations et, qu'enfin, j'aurai par delà la mort, rempli la mission que je croyais devoir accomplir en étant en vie. Que je dois accepter de n'être que mort celui qui donnera ce qu'il n'a pas su donner vivant. J'ai toujours cru en des choses que tous n'acceptaient pas, j'ai toujours voulu vivre en faisant le bonheur d'un monde qui ne voulait pas de tes valeurs d'amour. J'ai donné ce que je pouvais te donner, j'ai trouvé les chemins qui font diffuser la parole et le verbe pur des esprits, sans jamais moimême devenir celui qui est. Je regrette que rien de tout ce que mes rêves m'avaient donné ne se soit réalisé de mon vivant, car je voulais cette fierté stupide qui fait l'homme, cette vanité inutile qui donne sans se rendre compte qu'en fait elle prend à Dieu, pour ne pas tout donner aux hommes. Je te sens encore en ce moment en train de réorienter ce texte. Je sais que dans quelques lignes tu me demanderas de parler de nouveau pour la dernière fois avec les âmes de ceux que tu m'envoies et que, fidèle serviteur de ta cause, j'écrirai sans trahir. Il est bientôt l'heure de ma mort. Il est l'heure. Je l'accepte ce sera ma seule dignité, celle où je ne fléchirai pas, celle qui sera mon seul titre de gloire. Pour toi, pour tous, je vais mourir debout.
Il est un instant de repos avant le dernier des livres. Quelques heures, et tu m'enverras tes messagers pour que reste le texte des bienfaits de l'amour. Je vais donc rédiger le dernier livre de ma vie présente. Je le sais depuis si longtemps que ce jour viendrait, que finalement, je suis bien. J'ai pleuré tout à l'heure quelques secondes, la surprise de l'annonce, car je sais que je ne suis pas toi, et que les regrets sont présents. Je n'ai pas peur, cela je le sais. Moi qui disais aux autres : "Tu auras peur", ce n'est pas le cas, car tu es là. Pour cela, pour avoir donné un sens à ma vie, pour m'avoir rectifié d'aussi loin d'où je partais :  merci." ......Texte intégral en cliquant ici

pjoune,P.J.Oune

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents